top of page

HEUREUX QUI COMME ULYSSE...

C’est une fabuleuse histoire, celle du zoutois Wout. Il est né en 2023 à côté de Swinbistro The Shelter à ma réserve naturelle du Zwin.


A peine grand de quelques mois, il a quitté le Zwin le 11 août avec son compagnon James. Wout est la plus précoce des nouvelles cigognes du Zwin. Depuis ce départ, Wout a montré qu’il est un animal voyageur, le plus grand voyageur du Zwin, et même de Belgique…. Du jamais vu !

En 2019, un projet a été lancé dans le cadre duquel les jeunes cigognes ont été équipées d’un émetteur GPS, ce qui leur a permis d’être suivis quotidiennement.


Le 10 août 2023, c'était le premier jour de beau temps après une longue période de mauvais temps. Cela s'est vu dans le Zwin : beaucoup de mouvements de vol de cigognes et aussi de rapaces : des espèces qui ont besoin d'un temps ensoleillé pour utiliser les thermiques afin de voler de manière efficace en énergie. Les jeunes cigognes du Zwin ont volé à plusieurs reprises ce jour-là. Il y avait donc de l'animation dans l'air. Les cigognes avec émetteur Wout et James n'ont pas pu se retenir plus longtemps, et l'envie de partir était apparemment très forte : dans l’après midi, les deux oiseaux sont partis ensemble vers le sud ! Ils se sont déplacés sans bruit. Peu après 17 heures, ils ont franchi la frontière française près de Wervik. Les données de leurs émetteurs montrent qu'ils se sont déplacés ensemble. Le dernier signal est venu du nord de la France vers 18h30. Fait remarquable, Wout et James sont nés dans le même nid. Ils sont partis ensemble, alors que les trois autres cigognes émettrices ne sont pas parties, mais sont restées dans le Zwin.


Pour Wout et James, la première grande aventure avait commencé ! Nous croisions les doigts pour que leur première migration d'automne se déroule en toute sécurité.

Ils ont suivi une route à l'intérieur des terres. Le 19 août, ils ont passé Bordeaux dans l'après-midi. C'est donc la route classique le long de la côte sud-ouest de la France. Il est remarquable de constater que les deux frères soient restés ensemble pendant plusieurs jours. L'émetteur de James s’est alors arrêté d’émettre des signaux (mais les réglages de l'émetteur ne semblaient pas indiquer immédiatement des problèmes avec l'oiseau), mais Wout a continué à avancer. Il a traversé les Pyrénées pour entrer en Espagne le 20 août et a atteint la vallée de l'Ebre en amont de Tudela.


Jusque là donc, Wout était en compagnie de James, mais leurs chemins se sont séparés à ce moment-là, peut-être parce qu'ils se sont perdus de vue au milieu d'un grand nombre d'autres cigognes. Les deux oiseaux ont ensuite poursuivi leur route vers le sud de l'Espagne, Wout ayant un jour d'avance sur James.


Le 27 août vers midi, Wout avait déjà atteint le détroit de Gibraltar, et les conditions étaient apparemment favorables pour qu'il le traverse immédiatement. Environ 15 minutes plus tard, l'oiseau s'est envolé vers le Maroc et l'Afrique ! Apparemment, le voyage n'a pas été trop fatigant, car le 27 août même, Wout s'est encore enfoncé de 200 kilomètres dans le Maroc, jusqu'aux environs de la ville de Kénitra. Le 28 août, Wout a poursuivi sa route un peu plus loin, au-delà de Rabat.


Il était intéressant de savoir si Wout avait déjà atteint sa destination hivernale. En effet, dans les environs de Kénitra / Rabat, de nombreuses cigognes passent l'hiver.. Cependant, la date d'arrivée très précoce donne aussi beaucoup d'espace pour poursuivre la traversée du Sahara. Les années précédentes, une traversée précoce du Maroc semblait être un bon précurseur pour s'envoler vers l'Afrique de l'Ouest.


Après un séjour de plusieurs jours non loin de Rabat, l'oiseau a repris son vol le 31 août vers le sud à environ 50 kilomètres jusqu'à Ben Slimane, non loin de Casablanca. Là, Wout s'est de nouveau arrêté pendant plusieurs jours. A partir du 4 septembre, l'oiseau a de nouveau volé plus au sud. Cela pourrait bien indiquer un mouvement qui pourrait conduire à une traversée du Sahara et, en effet, il a continué à voler régulièrement au cours des jours suivants. Les montagnes de l'Atlas étaient clairement une barrière qui a forcé Wout à se détourner un peu vers l'ouest, vers la côte. La chaîne de montagnes a été contournée et le voyage s'est poursuivi vers le sud. Le 7 septembre, Wout a volé jusqu'à l'extrême ouest de l'Algérie. A ce moment-là, la cigogne avait déjà commencé sa traversée du Sahara. Le dernier signal est arrivé en fin de journée du 7 septembre. Quand les cigognes émettrices  traversent le Sahara, l'émetteur cesse d'émettre des signaux en raison de l'incapacité à se connecter aux antennes de téléphonie mobile dans le Sahara qui peuvent capter le signal. Est-ce que Wout réussirait la dangereuse traversée du désert !


La bonne nouvelle, c'est que, après une longue attente, des signaux ont été captés. Wout avait quitté le Maroc en passant par l'extrême ouest de l'Algérie et le nord de la Mauritanie. De là, l'oiseau a atteint le nord du Mali. Le 15 septembre un signal a été émis près du fleuve Niger, non loin de la ville légendaire de Tombouctou. Le dangereux voyage a donc été mené à bien ! On espérait recevoir d'autres signaux, mais on a dû nous en contenter pour l'instant. La couverture n'est souvent pas bonne dans cette partie du monde, on espérait donc que l'absence de nouvelles était due à cela et que tout allait bien pour Wout. L'année précédente, l'émetteur de la cigogne Elisabeth avait également atteint le Mali, puis il n’y avait plus eu de nouvelles pendant des mois à partir d'octobre, jusqu'à ce que, soudainement, en février, un grand nombre de données d'émetteur soient transmises. Croisons les doigts pour qu'il en soit de même pour Wout ! Le fleuve Niger et ses environs sont d'une importance capitale pour un grand nombre d'oiseaux migrateurs qui y hivernent depuis l'Europe. Les cigognes s'y retrouvent aussi souvent.


Le Niger est un pays où aucune cigogne émettrice du Zwin n'était parvenue auparavant et, pour autant qu’on le sache, le premier rapport d'une cigogne de ce pays baguée ou marquée en Belgique. Le Niger n'a malheureusement pas fait l'objet d'une actualité très positive au cours des derniers mois, mais Wout semble heureusement s'y porter bien jusqu'à nouvel ordre. L'oiseau se trouve dans une zone située le long du fleuve Niger, à environ 150 kilomètres au nord-ouest de Niamey, la capitale du Niger. D'après Google Earth, il se tient dans des zones de type savane, où les sauterelles constituent probablement une source de nourriture importante. C'est une vie très différente et plus naturelle que celle de la plupart de nos autres cigognes qui hivernent sur des décharges en Espagne ou dans le nord du Maroc. Pas de malbouffe et pas seulement de courts trajets, mais de longues errances à la recherche de nourriture naturelle.


Wout est d’abord resté dans la région de l'ouest du Niger. L'aire de répartition était assez longue, comme d'habitude pour les cigognes qui séjournent dans la région du Sahel. Wout a parcouru une zone d'environ 75 sur 30 kilomètres à 150 kilomètres au nord-ouest de Niamey, entre le fleuve Niger et la frontière du Burkina Faso. Le 24 novembre, la cigogne s'est déplacée un peu plus à l'ouest, près de la frontière avec le Burkina Faso. Wout a traversé la frontière de ce dernier pays à plusieurs reprises, rencontrant un paysage moins attrayant : certains des relevés provenaient de la proximité d'une mine d'or géante appelée Essakane, au nord de la ville de Dor. Les mines industrielles géantes ne sont pas des endroits qui attirent immédiatement l'attention, et il n'est pas certain qu'il y ait eu une source de nourriture à cet endroit. Heureusement, les derniers signes proviennent à nouveau d'un paysage plus naturel situé à proximité.


L’hiver n’est pas encore terminé, mais les cigognes se replient toujours plus tôt vers le nord. Les cigognes les premiers « invitées du printemps » parmi nos oiseaux migrateurs à revenir de leurs zones hivernales. Un petit nombre d’oiseaux nicheurs locaux ont passé l’hiver près du Zwin, mais la plupart des oiseaux se sont retirés à la fin de l’été. Dans les prochaines semaines, les cigognes du Zwin renforceront leurs liens mutuels et choisiront leur nid. Si elles le peuvent, les cigognes utilisent le même nid chaque année. Souvent, elles se reproduisent avec le même partenaire de l’année précédente. Année après année, une couche est ajoutée au nid. Les premiers œufs sont attendus à la fin de mars. Fin avril – début mai, le parc espère accueillir les premières naissances.


Nous attendons le retour de Wout. Il est le champion des cigognes migrateur, jamais une cigogne n’a voyagé si loin. Rappelons également que Wout n’avait même pas un an lors de ce voyage qui a duré un peu plus de 3 mois.

Nous suivrons son retours vers le Zwin (en mars, si tout va bien) et vous en tiendrons informés, bien entendu.


HDW



210 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page